Une belle tradition, dont vous prenez vite l’habitude : arrondir l’année en beauté en mettant à l’honneur une belle espèce botanique. Nous avons réfléchi et choisi, en cette fin d’année… une espèce avec une touche historique française qui mérite d’être rappelée. Le Catalpa bignonoides s’inscrit dans la lignée Rive France, la gamme qui dans nos pépinières M van den Oever fait clin d’œil à notre affinité avec le marché français. (Oever se traduit « rive » en français).

Joyeux Noël 2018 | CATALPA BIGNONOIDES
Joyeux Noël 2018 | CATALPA BIGNONOIDES

Reconnu, l’espèce n’est pas originaire de nos contrées, elle se retrouve en habitat naturel dans les forêts de feuillus au sud-est des Etats Unis. Les autochtones indiens ‘Muscogee’ avaient coûtume d’appeler cet arbre le « Kutuhlpa », ce qui se traduit comme « couronne ailée (ouverte ) ». Plusieurs parties de l’arbre connaissaient un usage médical auprès des anciens indiens.

Après un premier passage descriptif par le botaniste anglais Mark Catesby (1653-1749), qui l’avait identifié en Amérique, l’appelant Catalpa, le nom du type fut enrichi de bignonoides, ce qui nous ramène en France. C’est en effet à l’abbé Jean Paul Bignon (1662-1743), que l’arbre emprunta son nom toujours d’usage.

C’est donc en hommage à cette grande personnalité française que  le célèbre botaniste français Joseph Pitton (1651-1743) a décidé d’appeler la variété du Catalpa d’après Bignon, suivi par Linnaeus en 1753 avec une légère variante : Bignonia Catalpa.

L’arbre a fait son parcours historique vers nos espaces verts, importé d’abord par l’Angleterre en 1726 et très rapidement répandu et popularisé par les Cours Royales et les riches marchands partout en Europe, et notamment dans les pays (encore et toujours en notre époque) où la culture paysagère sait apprécier sa coloration vivement vert-jaune typique, ses fleurs d’une frivolité blanche, et la touche de folie de ses feuilles format XL en forme de cœur… la France n’a jamais hésité à adopter cet arbre à caractère bien racé. Nos clients français gardent le catalpa assez haut dans les succès de vente parmi les espèces non-indigènes.

Les arbres se distinguent l’été par leurs généreuses feuilles d’un vert très clair, prêtant une touche de couleur ‘fraîcheur’ dans leur entourage et captant avec beaucoup de verve la lumière du soleil, alors que la couronne couvre d’une ombre généreuse le pourtour de l’arbre où il est fait bon vivre pour ceux qui s’y attardent. Avez-vous remarqué les tiges des feuilles très longues ? Elles font souvent bien 12 à 15 cm.

Puis cette feuille apparaît bien tard le printemps, mais se développe vite et tombe assez tôt l’automne, comme si le feuillage s’inclinait à laisser une part d’attention pour les autres spectacle que nous offre le catalpa… Ainsi, la floraison est superbe, d’une blancheur élégante et abondante au bout des branches en grappes de 15 à 30 cm, un cadeau annuel en juin / juillet. Les feuilles en forme de trompette expliquent comment, en certaines langues, l’arbres est surnommé ‘l’arbre à trompettes ».

Mais la phase qui succède à la floraison est celle des fruits, on dirait de longs haricots géants, et c’est cet aspect spectaculaire marquant jusqu’en hiver la sihouette du catalpa qui en langue française lui a valu son sobriquet « arbre à haricots ».

Parfois, en robe d’hiver, l’on reconnaît l’arbre à sa ramification un peu aléatoire, angulaire par endroits, constituant une couronne fascinante qui peut s’élever à 10 ou 15 mètres de haut… mais si vous lui accorder un espace généreux, le Catalpa bignonoides atteindra également une largeur impressionante, développant des charpentières lourdes.

’est dans des espaces quelque peu abrités que l’arbre se porte le mieux, les branches longues pouvant se fragiliser si le vent s’acharne. Du reste, vos catalpas se contentent de peu : il apprécie tout type de terroir, tant que le sol n’est pas gorgé d’eau en permanence. Vous le voyez aisément réussir dans son contexte de larges strates ou parcs publics où il a toutes les chances de s’épanouir, et bien souvent, il marque de sa silhouette un immeuble monumental ou un musée, conférant à l’endroit comme une présence agréable.

Il existe du catalpa une version non-florifère, appelée Nana, greffé de tête pour faciliter des formes taillées en boule tenant mieux dans des espaces et jardins plus réduits. Mais n’oublions pas surtout le très élégant cultivar ‘Aurea’, il enchante notamment avec ses feuilles d’un jaune doré, susceptible de rappeler les origines aristocratiques de l’espèces, et souvent on le retrouve dans des jardins botaniques.

Et pour compléter les possibilités, le catalpa existe également en cépée à multiples troncs. En France, une exemplaire version cépée en provenance de nos pépinières M van den Oever, s’installe début 2019 place Colbert à Reims, côtoyé des nouvelles Promenades arborées.

Les Catalpa bignonoides respirent un attrait intemporel, flatteur, ils invitent à vivre l’endroit d’une manière qui dépasse largement la fiche botanique. Voilà un arbre comme il en faut.

Les photographies de la floraison de Catalpa bignonioides ont été prises par Arie Idema dans les jardins du château de Haar à Haarzuilens aux Pays-Bas (www.kasteeldehaar.nl).

La photo principale est prise par Marwin Dekkers à Kronenberg aux Pays-Bas.

Nous vous souhaitons, à vous et à votre famille, un très bon Noël et une bonne année!
Laissez souffler l’arbre à trompettes …

En espérant vous revoir en 2019!

Pépinières M. van den Oever

 

Téléchargez la description de la haute de Catalpa bignonioidesPdf download

 

 

 

Catalpa bignonioides (kasteel Haarzuilens Utrecht)
Catalpa bignonioides (Château Haarzuilens Utrecht)
Catalpa bignonioides (China)
Catalpa bignonioides (Chine)
Catalpa bignonides vruchtdracht
Fruits de Catalpa bignonides
Kronenberg | CATALPA BIGNONOIDES
Kronenberg | CATALPA BIGNONOIDES
Bloeiwijze Catalpa bignonioides (Haarzuilens Utrecht)
Catalpa bignonioides en fleur (Haarzuilens Utrecht)